Avec près de 1500 posts publiés toutes les 60 secondes sur WordPress (Semrush), Google n’a plus le choix : il doit faire le tri ! Son but ? Privilégier les contenus web de qualité pour satisfaire ses utilisateurs. Mise en forme, pertinence de l’information, nombre de mots ou encore maillage interne, notre moteur de recherche préféré a déterminé de nombreux critères pour définir un contenu fiable. Vous êtes un peu perdu avec toutes les informations que vous trouvez sur le web ? Vous avez peur d’écrire un texte qui ne sera pas visible par Google ? Pour vous aider à y voir plus clair, découvrez les 5 règles de base à respecter pour rédiger un texte de qualité.

 

1. Répondez à un besoin client

Ce grand principe doit être au cœur de votre stratégie éditoriale. C’est bien simple, chaque contenu que vous créez doit apporter une solution concrète à votre cible idéale. En bref, parlez-lui de lui et non de vous ! Ne lui vantez pas vos services, il cherche des réponses précises à ses préoccupations. Pour y parvenir, pas de recette miracle, vous devez connaître les problématiques de votre prospect :

  • Demandez directement à votre prospect: par mail, en face à face, sur les réseaux sociaux, il existe de nombreux moyens de discuter de ses besoins et objections. La plupart du temps, il sera ravi de la considération que vous lui apportez.
  • Jetez un coup d’œil sur la concurrence: quels sujets traitent-ils et sous quels formats ? quelles sont les réactions de leurs clients ? Bien sûr, vous devez effectuer cette veille sur les concurrents qui visent la même cible que vous.
  • Faites une veille sur les réseaux sociaux: les groupes Facebook, les forums ou encore LinkedIn vous permettent de « prendre le pouls ». Votre client s’y trouve forcément et parle probablement de ses besoins !

 

2. Privilégiez la qualité à la quantité

C’est probablement la règle la plus importante à respecter si vous rédigez des contenus pour votre site ou blog. Peu importe le type de texte (fiche-produit, article de blog, page de service ou de catégorie), pensez qualité et non quantité. En d’autres termes, vous devez apporter de la valeur ajoutée à votre cible, grâce à des conseils concrets, des astuces faciles à mettre en place et la définition des grands principes. Soyez précis et pédagogue. Vérifiez les informations que vous écrivez. Si vous rédigez un sujet qui a déjà été traité de nombreuses fois, choisissez un autre angle éditorial. Vous pouvez également apporter votre point de vue pour vous différencier des concurrents. N’hésitez pas à mettre en avant votre expertise. Même si vous devez les placer stratégiquement dans vos textes (titre, balises title et meta description, etc.), ne surchargez pas vos contenus avec des mots-clés. En plus de brouiller le message du texte, Google condamne cette pratique. Bien sûr, certaines études préconisent un nombre de mots minimum pour augmenter la visibilité de ses pages sur Google. On parle, en moyenne, de 1500 à 3000 mots pour un article de blog et 200 à 300 mots pour une fiche-produit (Abondance). Cela dépend du type de contenu, de la concurrence sur la requête clé et de la popularité de votre site. Plutôt que de rester focus sur la quantité, gardez en tête cette notion : vous pouvez écrire 5000 mots, mais si votre article est creux, mal structuré et truffé de fautes d’orthographe, l’internaute quittera rapidement la page. Au bout d’un moment, Google en déduira que votre site n’est pas pertinent et diminuera sa visibilité. La qualité doit donc être au centre de vos contenus !

 

 

3. Soignez la mise en forme

Lorsque vous écrivez des textes sur votre site web, vous devez prendre en compte les caractéristiques des internautes : ils sont pressés et recherchent rapidement les informations. La mise en page de vos contenus doit donc les guider et leur « mâcher le travail ». Voici quelques grands principes à respecter :

  • Aérer vos textes: exit les pavés ! Sautez des lignes et faites des paragraphes courts pour améliorer la lisibilité de vos propos.
  • Utilisez le « gras » : avec parcimonie, toujours ! Mettez seulement en avant les idées fortes ou utilisez-le pour structurer une page (ex. en début de liste à puces).
  • Structurez la page avec les balises Hn: votre texte doit avoir un seul H1 (titre), plusieurs H2 (idéalement, un sous-titre par grande idée), voire des H3. Respectez impérativement cet ordre pour faciliter le travail de Google !
  • Dynamiser votre contenu: utilisez les encarts, listes à puces et autres tableaux.

 

4. Sourcez vos contenus web

Vous mentionnez régulièrement des chiffres dans vos textes ? Vous rédigez souvent des contenus sur de grands concepts ? Je vous conseille vivement de sourcer vos propos. Les raisons ? Déjà, c’est toujours bien de « rendre à César ce qui est à César ». En citant l’auteur de l’idée ou du principe que vous avez repris dans votre article, vous évitez le plagiat (et possiblement des poursuites) ! Vos lecteurs apprécieront également de pouvoir vérifier l’origine de la notion ou du chiffre avancé. Si vous indiquez des sources fiables, ils n’ont plus besoin d’effectuer ce travail de recherche et ils gagnent du temps. Enfin, cette pratique est idéale pour crédibiliser vos propos. Le fait de citer vos sources donne plus de poids à vos arguments et vous permet, surtout, de vous différencier des concurrents. Car, je suis prête à parier qu’ils ne se donnent pas cette peine ! Astuce supplémentaire : pensez à croiser vos sources et à privilégier les sites d’autorité. Les informations y sont toujours plus fiables.

 

5. Pensez au maillage interne

La notion de maillage interne ne vous dit rien ? Pourtant, je suis sûre que vous utilisez déjà cette technique sans le savoir ! Ce terme regroupe tout simplement l’ensemble des liens permettant aux internautes de naviguer d’une page à l’autre sur votre site internet. Grâce à cette technique, vous pouvez mettre en avant une ou plusieurs pages stratégiques. Profitez-en pour renvoyer votre cible vers vos offres, une fiche-produit ou votre page à propos. Si vous avez un blog, utilisez le maillage interne pour permettre à l’internaute d’approfondir une notion. Ici, le but est de lui présenter des contenus traitant de sujets connexes. Voici quelques astuces pour faire un maillage interne de qualité :

  • Le texte du lien (l’ancre) doit décrire le sujet de la page liée : évitez les formulations pauvres comme « cliquez ici », « c’est juste là » ou « on vous dit tout dans cette page ». Ni Google ni l’internaute ne comprendront réellement ce dont il s’agit !
  • Insérez 2 à 5 liens, en moyenne, pour un contenu de 1000 mots : d’un point de vue SEO, plus vous mettez de liens sur une page, plus vous diluez l’efficacité de votre maillage interne. Encore une fois, privilégiez la qualité et la pertinence.
  • Retravaillez vos anciens contenus : certaines de vos pages ne sont pas visibles sur les moteurs de recherche ? Utilisez le maillage interne pour leur redonner un coup de pep’s et obtenir plus de visibilité.

 

 

Au final, un contenu de qualité est donc un savant mélange d’aspects techniques (axés SEO) et de notions plus subjectives, presque émotionnelles. Vous préférez déléguer la rédaction de vos textes ? Contactez-moi pour en discuter.