Caroline Degrave est coach professionnel, experte en stratégie de carrière. Elle accompagne les cadres, dirigeants en poste en France et à l’étranger. Depuis bientôt 5 ans, j’aide Caroline à animer son blog d’entreprise. Elle avait identifié un sujet récurrent chez ses clients mais elle ne savait pas comment l’aborder car elle le trouvait tabou. Pour autant, elle souhaitait en parler pour aider les personnes concernées et sensibiliser les RH sur un point dont ils ont peu conscience.

Elle explique dans son interview les solutions que nous avons mises en place pour y arriver.

 

Quel était le sujet tabou que tu voulais aborder ?

Au cours des séances avec certains clients masculins, j’ai identifié une frustration liée aux effets parfois négatifs de la discrimination positive en entreprise. J’ai d’autant pris ce sujet au sérieux qu’ils étaient favorables à la parité, l’égalité des salaires et n’avaient pas de problèmes à être managés par des femmes ou des personnes plus jeunes ou de cultures différentes. Je n’aurais jamais rédigé cet article si ces conditions n’avaient pas été réunies. Ils déploraient seulement certains excès issus de politique de quotas ou de discrimination positive qui finissaient par se retourner non seulement contre eux mais aussi contre l’entreprise. En effet, leur frustration engendrait une perte de motivation et d’engagement vis-à-vis de leur entreprise. Ils finissaient par vouloir la quitter pour de mauvaises raisons.

 

Pourquoi souhaitais-tu l’aborder dans ton blog ?

J’ai entendu une véritable frustration qui ne pouvait pas être exprimée dans l’entreprise sous peine d’être mal interprétée. A travers mon blog, je sélectionne les sujets les plus pertinents pour mes clients. Je ne pouvais pas passer à côté de celui-ci car il avait des répercussions négatives sur leur état d’esprit et influençaient mal leurs décisions de carrière. Cependant, évoquer les effets parfois contre-productifs des politiques RH de discrimination positive n’est pas évident. Encore plus pour moi qui suis une ancienne RH ! Je suis pour la parité des salaires et des chances. Je ne voulais pas être maladroite dans mes propos.

 

Peux-tu expliquer comment nous avons réussi à aborder ce sujet pour qu’il soit entendu ?

Tout d’abord, je pense que je n’aurais pas fait ce sujet sans ton support. Je ne savais pas comment l’aborder. Tu m’as convaincue de le faire car nous allions publier un article utile dont personne n’avait osé parler. C’était l’occasion de montrer à mes futurs clients et prospects que je connaissais bien leurs frustrations et de leur dire : « Je sais ce qui se joue. » C’était aussi l’opportunité de m’adresser aux RH en leur faisant remonter une information du terrain.

Voici la manière dont nous avons procéder :

• Première étape – Nous avons pris le parti de relater des faits et de prendre un maximum de recul sur cette situation.
• Deuxième étape – Nous avons choisi de donner la parole à quelques clients de manière anonyme pour exprimer ce qu’ils ressentent en publiant des extraits des échanges que j’ai pu avoir avec eux.
• Troisième étape – Nous avons conclu l’article avec des conseils pour leur permettre de relativiser ce sujet et de leur apprendre à mieux le gérer. Je me suis également adressée aux DRH pour qu’ils soient conscients de ce phénomène.

Il ne s’agissait en aucun cas d’un article partisan mais plutôt bienveillant pour aider les entreprises à prendre conscience d’une situation et les cadres à la surmonter.

 

Quel est le résultat que tu as obtenu en publiant cet article ?

Avant de le poster sur Linkedin, je l’avais envoyé à mes abonnés et c’est la première fois qu’un article a été partagé avant même que je ne le publie sur Linkedin ! Ensuite, je sais qu’il a été transmis au Comex d’un grand groupe du CAC 40 pour un de mes clients suite à une discussion qu’il a eu à ce sujet avec sa hiérarchie. Mon article l’a aidé à trouver les bons mots pour en parler. Je l’ai transmis à un grand quotidien économique car c’est un bon sujet médiatique. Ce premier essai réussi, nous avons décidé de faire remonter plus souvent ce type de sujets dans le but de faire bouger les mentalités. C’est important pour moi de contribuer à cela même à mon échelle.

 

Que dirais-tu à une personne comme toi qui hésite à aborder un sujet tabou ?

Il faut se poser ces questions : est-ce un sujet pertinent pour mes clients ? Correspond-il à mes valeurs ? Est-ce que si je le traite je vais les aider ? Si vous avez répondu oui à ces 3 questions, alors vous pouvez l’aborder dans votre blog. Ensuite, je vous recommande de vous faire aider par un professionnel de la rédaction et du webmarketing pour prendre un maximum du recul et trouver le bon angle pour le traiter.

 

Pour découvrir l’article de Caroline sur la discrimination positive, c’est par ici !

Envie de discuter de votre stratégie éditoriale et de sujets qualitatifs pour vos prospects, c’est par !